Ostéo : Au cœur de la douleur

Une discipline sous-estimée

Des journées bien remplies

 

Comparez : En arrêt de travail ? Assurance salaire ostéopathe

Certaines personnes ne jurent que par leur ostéo. Pour elles, cette médecine douce procure un bien être largement supérieur à la médecine conventionnelle. Plus de la moitié des personnes interrogées disent être satisfaites de leur séance d’ostéopathie. Un peu moins du quart affirment consulter au moins 3 fois par an leur praticien.
La raison qui revient le plus souvent lorsqu’on demande aux gens pourquoi ils prennent rendez-vous, c’est le mal de dos. Le lumbago, une douleur atroce au niveau des lombaires qui touche de nombreuses personnes. Elle est en général causée par le manque ou l’excès d’activité sportive, le stress et les gestes quotidiens mal exécutés. C’est après des mois ou des années de souffrance que les personnes décident finalement de se tourner vers cette médecine non conventionnelle parfois décriée.

Une profession mieux reconnue
Dans le domaine de la santé et du bien-être, certaines disciplines se ressemblent. La moitié des ostéos ont une double casquette. Double missions , puisqu'à la fois kinésithérapeute et ostéo. En effet, ces deux métiers sont très proches, le kiné cible plutôt une partie précise du corps alors que l’ostéo à une vision plus générale. Ainsi, même si un patient consulte pour des tensions au niveau du bas du dos, l’ostéo examinera également les jambes, les membres supérieurs, le cou et la région crânienne.

Selon le répertoire ADELI et RPPS, il existe environ 35 000 ostéopathes en France, un chiffre en forte croissante qui continuer à progresser. Effectivement, chaque année on compte près de 1800 nouveaux diplômés. Depuis 2023, pour une meilleure reconnaissance de cette profession, l’état décidé de basculer progressivement les numéros ADELI vers le fichier RPPS (Répertoire Partagé des Professionnels de Santé) qui regroupe l’ensemble des professionnels de santé au niveau national.
Conscient du succès grandissant de cette discipline, l’état a profité de l’occasion pour augmenter les charges professionnelles. Le problème qui se pose aujourd’hui c’est qu’on assiste à une stabilisation du nombre de patients alors que celui des praticiens ne ralentit pas. Conséquence, les cabinets souffrent puisque les charges sont devenues beaucoup trop élevées.

Les compagnies d’assurance et les mutuelles ont également compris que pour attirer les clients, il fallait rembourser les séances d’ostéopathie. Bien qu’il n’existe toujours pas de remboursement de la part de la sécurité sociale, le niveau des garanties des contrats de mutuelle ostéopathie s’est largement amélioré. Certaines mutuelles proposent même des prises en charge totale mais limitées en nombre de séances.
Vous l'avez remarqué, et ce n'est pas nouveau, les français cherchent une bonne mutuelle qui rembourse la médecine douce. Pourtant beaucoup de personnes souhaiteraient consulter mais elles ignorent encore que les mutuelles remboursent mieux et plus facilement ces séances. C'est un vrai sujet de santé publique puisque l’accès aux soins et un accompagnement individualisé est un pilier de notre système de santé. En créant des formules adaptées pour leurs clients, les assureurs participent donc à ce que ce que cette profession soit mieux reconnues.

Une discipline encore sous-estimée

Dans le domaine de la santé et du bien-être, tous les professionnels ne sont pas logés à la même enseigne. Certaines disciplines ont encore du mal à faire l’unanimité.
Quelle place occupe l’ostéo dans la hiérarchie des professions de santé ?
Bien que les compétences des ostéos soient mieux reconnues, il persiste encore des doutes sur cette pratique. Dès lors, on peut se demander si ces praticiens se sentent ou non bien intégrés dans notre système de santé ? Ce n’est parce que les cabinets poussent comme des champignons en ville et à la campagne que le métier est reconnue à sa juste valeur.
Malgré les batailles menées, ces praticiens ne se sentent pas assez associés aux initiatives du gouvernement qui les concernent directement. Les ostéos sont légitimes pour évaluer eux-mêmes les difficultés qu’ils rencontrent et les solutions à prendre pour démocratiser leur activité. Si bons nombres d’entre eux sont à la fois kiné et ostéo ce n’est pas uniquement pour des préoccupations financières, c’est aussi pour avoir plus de visibilité et de crédit. Peut-être que certains pensent encore que leur rôle consiste juste à faire craquer les articulations, c’est qu’il y a un réel problème.

Choisissez : Votre devis assurance professionnelle

 

Arrêt de travail pour lumbago et luxation soigné par ostéo au cabinet

Comment balayer les idées préconçues ?
L’environnement est pourtant très favorable à l’exercice de cette activité : crise sanitaire, stress, dépression et traumatisme font qu’on a de plus en plus besoin des médecines douces. Les autres professionnels de santé ne voient plus du tout les ostéos comme une concurrence déloyale et non qualifiée, bien au contraire ils reconnaissent leurs compétences et estiment que leurs métiers sont parfaitement complémentaires.
Il est nécessaire de définir clairement sa position dans le domaine de la santé et du bien-être. En faisant preuve de plus de transparence cela contribuera à rassurer et à démocratiser la profession auprès du grand public. C’est également en échangeant avec les autres praticiens comme le kiné, podologue, acupuncteur, étiopathe ou le chiropracteur que chacun trouvera sa place et qu’ils pourront tous collaborer. L’apport conjugué de chacune des disciplines permet au patient de guérir plus rapidement. En s’appuyant sur un écosystème pluridisciplinaire c’est tout le système de santé qui en profite.

Comparez : Assurance perte de salaire pour ostéopathe

L’ostéopathie au cœur de la douleur
La profession est très jeune puisque c'est en 2002 que cette pratique est officiellement reconnue. Première reconnaissance du diplôme en 2007 avec une refonte en 2014. C’est donc un domaine encore en quête d’identité. L’obtention du diplôme est passée de Bac +3 à Bac +5. Les études ont donc été allongées de 2 ans mais en revanche, lorsque vous y parvenez, là véritablement vous exercez une profession dans laquelle vous serez davantage pris au sérieux.
Pour bien saisir le rôle de l’ostéo il faut d’abord comprendre la position du patient en situation de souffrance. Analyser les raisons et les étapes qui poussent une personne à finalement consulter alors que la sécurité sociale n‘effectue aucun remboursement. La raison principale c’est évidemment la souffrance et les étapes peuvent se résumer en deux mots : « douleur chronique ». Généralement et pour des raisons financières, les gens préfèrent voir leur kinésithérapeute mais quand ils constatent que la douleur persiste et s’intensifie, ils se disent que des séances d’ostéopathie donneront peut-être de meilleurs résultats. L’ensemble de ces étapes constituent donc les motifs invoqués pour justifier la prise de rendez-vous.
Ce qu’il faut garder à l’esprit c’est qu’à chaque étape la douleur est omniprésente et que cette douleur n’est pas seulement physique mais elle aussi morale. Un autre élément important, c’est la relation ostéo-patient qui est décrite comme très forte puisque c’est un peu le dernier espoir donc faut pas décevoir. La personne pourrait consulter d’autres professionnels de santé avec des compétences très proches mais seul l’ostéopathe est qualifié pour atténuer ou supprimer certaines douleurs.
Chacun son job, lui c’est le spécialiste de la manipulation des articulations et des muscles. Lui seul sait immédiatement si la qualité de la manipulation prodiguée est satisfaisante. Conscient qu'il faut respecter les étapes, il est toujours en lien avec les autres praticiens pour prévenir et alerter en cas de complication. Parmi les tâches qu'il s'octroie, on peut ajouter sa présence aux réunions de concertations pluridisciplinaires avec d'autres confrères comme les kinés et les médecins. Toutes les initiatives sont bonnes quand elles sont pour objectif l'amélioration de la prise en charge des patients.

Redéfinir le métier pour mieux communiquer
A présent, ce qu’il faudrait faire c’est uniformiser les choses. Au niveau du discours à tenir, il reste encore à poser un cadre officiel pour donner une définition simple et compréhensible des compétences nécessaires à l’exercice de cette activité. Pour cela, il est nécessaire de savoir répondre à des questions simples comme :
- Qu’est qu’un ostéopathe ? Pourquoi la profession n’est pas réglementée ? Pourquoi la Sécurité Sociale ne rembourse pas l’ostéopathie et la médecine douce ? Quelle différence entre un ostéopathe et un kiné ? Quelle différence entre un ostéopathe et un étiopathe ? Quelle différence entre un ostéopathe et un chiropracteur ? etc. Toutes ces interrogations sont légitimes. Ce n’est pas une discipline « ovni ». On note cette fierté et ce sentiment réel d’être un maillon unique et fort de la chaîne de soin. D’ailleurs tous les ostéos sont unanimes sur le fait que cette belle relation patient-ostéo procure un plaisir immense et une satisfaction personnelle lorsque le praticien parvient à soulager le patient et à lui transmettre sa vision du corps humain et de son fonctionnement.

Dans ce métier, les journées sont riches et en dehors des soins prodigués il faut sans cesse se perfectionner et approfondir certaines thématiques et techniques de manipulations. Passionnés et dévoués, l’ostéo passe énormément de temps à réfléchir à comment améliorer la posture pour notamment soulager le dos. L’idée est donc de saisir l’ensemble des connaissances au seul bénéfice du patient. Certains pensent qu’on peut remplacer beaucoup de métiers, aujourd’hui il parait inconcevable de se passer de l’ostéopathie tant son efficacité a été prouvée.
Avec ces crises économiques et ces épidémies, que ce soit en ville ou à la campagne, cette pratique est incontournable. Elle est quasiment imbriquée dans l’exercice médical. En toute objectivité, c'est une relation nécessaire et vertueuse. Il s’agit au minimum d’une double activité : une activité de prestation de soin et de bien-être couplée à une activité de pédagogue dans le sens du partage des bonnes pratiques aux patients. Cela ne fait aucun doute, on est beaucoup plus performant lorsque qu’on est sois même capable de développer son expertise et de proposer un traitement toujours plus personnalisé.
Depuis plus d’une décennie, on assiste à une véritable révolution dans le secteur médical et paramédical et l’ostéopathie n’y fait pas exception. Anatomie, physiologie et biomécanique, l’ostéopathie classique ou du sport est une profession très prenante mais elle vous en apprend chaque jour un peu plus sur la médecine douce ou encore médecine alternative. Il est grand temps de repenser et de valoriser ce métier à travers la diffusion de travaux de recherche en science du mouvement.

Vous avez aimé cet article? Partagez-le

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur WhatsApp
Partagez par mail
Imprimer

Sur le même sujet

coût assurance citroen ami

Une Vsp Fun : Citroen Ami électrique

  Cliquez ici : Prix assurance Citroën Ami électrique Citroën est un constructeur très apprécié en France. Il produit la Citroën Ami, une voiture

Recevez tous nos conseils

Vous avez une voiture sans permis et vous souhaitez recevoir nos meilleurs conseils pour l’entretient, l’assurance, l’achat ou la revente de votre voiturette ? Indiquez votre email, c’est simple et gratuit

eee84603980b5ba4df58ba25e967824fSSSSSSSSSS
error: Content is protected !!